Mystique et dialectique au Moyen-Âge (Vème -XIIème siècle)

Responsables

Marie-Etiennette BELY, Maître assistante, Maîtrise de philosophie

UEUPs dont fait partie ce cours

Contenu

Les philosophes et théologiens du Moyen-Âge s’appuient sur la rationalité héritée des Grecs pour réfléchir leur expérience de croyants. En même temps ils expérimentent la radicalité de la rencontre avec le divin à travers la dimension mystique qui leur fait reconnaître la relativité des créatures face au Créateur. L’affirmation de Dieu passe par la nécessité d’une critique du langage pour manifester l’éminence et la perfection de Celui qui est la Source de tout. Faire pressentir l’Absolu en son ineffabilité suppose d’abord le silence et la contemplation ; mais pour transmettre quelque chose de ce que l’on a éprouvé, il faut déployer toutes les ressources de la parole pour tenter de traduire cette aventure intérieure.
Comment comprendre les rapports entre la raison qui argumente avec rigueur et le désir de communion avec Dieu ? À partir de l’étude de quelques penseurs, du Pseudo Denys l’Aréopagite à Abélard, nous tenterons de montrer comment s’opère l’alliance entre l’expression dialectique et l’expérience mystique dans la recherche de la vérité.

PLAN


1. Rapports entre la dialectique et l’expérience mystique au Moyen-Âge
2. Pseudo Denys l’Aréopagite : connaissance de Dieu et divinisation de l’homme
3. Jean Scot Erigène : sa vie, sa pensée
4. St Anselme et la transcendance de Dieu
5. St Anselme, témoin de la vérité
6. Abélard : Langage et Transcendance

 

Bibliographie

LAUX, H. (2001), Le Dieu excentré. Essai sur l’affirmation de Dieu, Beauchesne