Destins de femmes, femmes artistes

Responsables

Brigitte Serre-Bouret, Docteure en Histoire de l’art et archéologie (Paris X Nanterre), Ancienne élève de l’École du Louvre - Conservateur en chef du Patrimoine

UEUPs dont fait partie ce cours

Contenu

À toutes époques, la condition féminine se conjugue difficilement avec le statut d’artiste. Apprendre dans un atelier, être dans l’ombre d’un père ou d’un maître, avoir du talent, exposer au Salon : autant d’obstacles à franchir dans un contexte artistique exclusivement masculin.
Aimer, être femme, devant ou derrière un chevalet, quel avenir s’offre à celles qui se veulent être à la fois épouses, mères et artistes ? Célébrités, destins tragiques, postérités posthumes : éternels combats.
Rares sont celles qui purent s’affirmer, accéder à une reconnaissance et surtout au statut de créatrice, de « femme artiste ». Traversez les époques et les destins de quelques-unes de ces femmes ;

PLAN

1. Sofonisba Anguissola (1535-1625) et Artémisia Gentileschi (1593-1652) : dans les tourments de l’Italie maniériste et caravagesque
2. Louise Moillon (1609-1696) et Judith Leyster (1609-1660) : natures mortes, scènes de genre et protestantisme au temps de la Révocation et en Flandres
3. Elizabeth Vigée-Lebrun (1755-1842) et Adelaïde Labille-Guiard (1749-1803) : l’art du portrait aux temps de Marie-Antoinette et de la Révolution
4. Berthe Morisot (1841-1895) et Mary Cassat (1844-1926) : l’Impressionnisme décliné au féminin
5. Camille Claudel (1864-1943) : du génie tourmenté à l’internement asilaire
6. Des Araignées géantes de Louise Bourgeois (1911-2010) aux Nanas de Nikki de Saint Phalle (1930-2002) : plasticiennes et sculpteures en marge de l’art contemporain