Le prince médiéval, un mécène et un amateur de jardins

Responsables

François DEMOTZ, Docteur en histoire médiévale, Chargé de cours aux Universités Lyon 3 et Lyon 2

UEUPs dont fait partie ce cours

Contenu

La fin du Moyen-âge est le temps du développement des cours royales et princières. La mise en valeur du prince passe par l’écrin qu’il sait créer autour de lui, comme bien plus tard le Versailles des Bourbons mais ce n’est pas en ce temps la puissance qui est en jeu. Un des traits distinctifs du prince réside dans son raffinement et ses goûts esthétiques, qu’il manifeste par ses collections, ses commandes, ses palais, ses jardins… Ce qui importe au prince, c’est sa réputation de mécène avisé et l’agrément d’un cadre de vie plaisant, précieux et subtil. Il favorise ainsi les jardins, lieux coûteux où peuvent se développer la vie de cour, la réflexion ou les plaisirs et qu’il peut modifier au gré de ses goûts et des modes.

PLAN

1. Le jardin, un univers extrêmement savant et raffiné
2. Les extraordinaires jardins princiers français, lieux des « grands ébastements »
3. La révolution du jardin italien, de Fiesole à Chenonceau
4. Le duc de Berry, roi des mécènes : collectionneur, bibliophile, bâtisseur… (1)
5. Le duc de Berry, roi des mécènes : collectionneur, bibliophile, bâtisseur… (2)
6. Des cours fastueuses loin de Paris : chez les ducs de Bretagne et les ducs de Savoie